AMOUR – TRADUCTION – TRADUCTEUR 2020

 

XXIVe Rencontre du Réseau thématique « La traduction comme moyen de communication interculturelle » :
Université de Lille, Université Jagellonne de Cracovie, Université de Wrocław, Université de Haute-Alsace
AMOUR – TRADUCTION – TRADUCTEUR
Université de Wrocław, du 19 au 21 novembre 2020 du 23 au 25 septembre 2021

 

Wersja polska strony 

Les incertitudes liées au COVID-19 nous obligent à reporter notre colloque : il aura lieu lieu les 23, 24 et le 25 septembre 2021. Veuillez nous excuser pour les désagréments occasionnés par ce cas de force majeure. La liste provisoire des communications proposées: voir PROGRAMME.

Sujet :

L’amour – compris comme « sentiment de vive affection pour quelqu’un ou quelque chose » (cnrtl) – n’est pas ce qui vient naturellement à l’esprit quand on parle de la traduction ou du traducteur. Dans l’imaginaire commun, la première est copie infidèle, et surtout, imparfaite d’un original sans faute, et le second est un traître (traduttore traditore). Si l’on cherchait à leur associer un sentiment, ce serait plutôt la méfiance…  Le discours contemporain sur la traduction conteste, certes, cette image, en soulignant de plus en plus fort que traduire, c’est créer – valorisant ainsi le traducteur et son œuvre de traduction –, mais des avis tels que celui de Douglas Hofstadter (« We basically are taught – both by omission and by commission – to ignore, forget about, and disrespect translators », Le ton beau de Marot) ou la sixième thèse sur la traduction (« La traduction est un petit métier, les traducteurs sont le prolétariat littéraire », Emily Apter, Zones de traduction) décrivent une situation qui semble encore d’actualité.

Cependant, depuis des siècles, il y a ceux qui traduisent, et ils ne le font généralement pas sans amour – pour l’œuvre originale, pour la langue, pour le métier... – ; il y a aussi ceux qui ont recours à la traduction, parfois avec beaucoup d’amour – pour un auteur qu’ils n’auraient jamais découvert sans le traducteur, pour l’ingéniosité de celui-ci, qui force parfois l’admiration... Enfin, les traducteurs ont affaire à l’amour dans leur travail, car il est omniprésent dans la littérature

La XXIVe rencontre du Réseau thématique La traduction comme moyen de communication interculturelle sera consacrée à la réflexion sur les différents rapports qui s’installent entre les trois éléments évoqués dans son titre : l’amour, le traducteur et la traduction.

Appel à contributions

Comité scientifique :

Jerzy Brzozowski (Université Jagellonne de Cracovie)

Enrico Monti (Université de Haute-Alsace)

Julie Charles (Université de Lille)

Elżbieta Skibińska (Université de Wrocław)

Comité d’organisation :

Elżbieta Skibińska (Institut d’Études Romanes, Université de Wrocław)

Natalia Paprocka (Institut d’Études Romanes, Université de Wrocław)

Regina Solová (Institut d’Études Romanes, Université de Wrocław)

Patrycja Krysiak (Institut d’Études Romanes, Université de Wrocław)

Langues du colloque :

français, polonais

Informations pratiques

Programme

Frais de participation

Hôtels

Wrocław

Undefined